16 avril 2007

Benoit Marie (1747-1795)

Benoit Marie VILLECOURT, 3ème enfant de Marcelin et Claudine REVILLET, naquit le 23 août 1747 à Colombier-en-Brionnais. Il s’installa comme tailleur d’habits à Montmelard, village tout proche de Colombier, et il s’y maria deux fois.

Le 18 octobre 1774, il épousa en première noce Marie CHEMIER qui lui donna 2 enfants nés à Montmelard :

  1. Raymond, né en 1776, qui épousa Jeanne Marie LAPALUS, dont il eut 9 enfants, tous nés à Montmelard.
    Leur fils aîné, Benoit, se maria à Aigueperse et y fit souche. Il est l’ancêtre direct d’Arnaud VILLECOURT, qui habite Vermenton dans l’Yonne, et de Marie VILLECOURT, qui vit à Chalon-sur-Saône.
    Quant à Louise Antoinette, fille aînée de Raymond et Jeanne Marie, elle épousa Benoit Marie FARGERE, et est l’aïeule de Gérard BOBILLOT.

  2. Marie Anne, née en 1778 et décédée en 1780, peu après le décès de sa mère.

Veuf de Marie CHEMIER, Benoit se remaria le 4 mai 1779 à Montmelard avec Françoise LAPALUS, fille de Jeanne LAPALUS.

J’ai eu bien du mal avec celle qui, selon les actes, est appelée Françoise LAPALUS, Anne LAPALUS, Anne VERRIER ou Françoise VERRIER. Il s’agit pourtant bien de la même personne. Son père était sans doute déjà décédé au moment de son mariage, et c’est sans doute pour cela que l’on utilisa le patronyme de sa mère au lieu du sien. Néanmoins, sur son acte de décès, elle est dénommée Anne VERRIER, fille des défunts Antoine VERRIER et Jeanne LAPALUS. Je n’ai pas réussi à trouver ce mariage, mais j’ai cependant trouvé le contrat de mariage passé devant Maître LAVENIR, notaire à Beaubery, le 29 août 1752. Le mariage a sans doute eu lieu peu de temps après.

Benoit VILLECOURT et Anne Françoise VERRIER eurent 6 enfants tous nés à Montmelard :

  1. Pierrette, née en 1780 et morte en 1807 ; elle épousa Guillaume JANEAUD.

  2. Henry, né en 1781, ancêtre de mon grand-père

  3. Estienne, né en 1783

  4. Louise, née en 1785 et morte en 1829 ; elle avait épousé François GATEAU.

  5. Philiberte, née en 1787 et morte en 1788

  6. Jean Marie, né en 1789 et mort en 1848 ; il épousa Pierrette PETIT dont il eut une nombreuse descendance à Montmelard. Frédéric LATHUILIERE et Véronique DURIX font partie de ses descendants.

Benoit mourut le 24 Nivôse An III[1] (13 janvier 1795) à Montmelard.

Le 2 Vendémiaire An IV (24 septembre 1795), sa veuve Françoise VERRIER se remaria avec Pierre JEANAUD à Montmelard. Le même jour, sa fille Pierrette VILLECOURT, épousa Guillaume JEANAUD, fils issu du 1er mariage de Pierre JEANAUD avec Jeanne BOCCAUD.[2]

A son décès le 12 avril 1829 à Montmelard, Anne VERRIER était sans doute à nouveau veuve, car c’est son fils Jean Marie VILLECOURT qui déclara le décès à la mairie.

Pour aller plus loin...

La descendance de Benoit VILLECOURT est, en grande partie, connue et pourra être complétée en étudiant notamment les registres d’état civil de Montmelard et d’Aigueperse.

Par contre, j’ignore ce qu’est devenu son fils Estienne après le 31 mars 1807, date à laquelle il déclara le décès de sa sœur Pierrette à la mairie de Montmelard.

@ bientôt

Benoît


[1] Il s’agit d’une date du calendrier républicain qui fut institué par la Convention le 5 octobre 1793. Commençant rétroactivement le 22 septembre 1792 (jour de l’établissement de la République), ce calendrier avait pour principe la division de l’année en 12 mois de trente jours auxquels on ajoutait 5 ou 6 jours (sans-culottides) selon que l’année était bissextile ou non. Il fut supprimé par Napoléon 1er le 1er janvier 1806 et remplacé par le calendrier grégorien.

[2] Ce type de mariage double de deux veufs et de leurs enfants du premier lit était courant à l’époque.

Posté par villecbe à 17:04 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Benoit Marie (1747-1795)

    délai de viduité

    Bonjour cousin (ou presque puisque tu es cousin de ma cousine Mado),

    J'ai découvert ton blog (grâce à ton message sur un groupe connu bien sur), et je le trouve très sympa.

    A sa lecture, je me suis posé des questions sur Françoise VERRIER, veuve le 24 nivôse an III et remariée le 2 vendémiaire an IV.

    Je suis pratiquement certain que, à cette époque, il existait un délai de viduité qui interdisait à une femme de se remarier moins de 300 jours après le décès du mari ou après le divorce (ce délai a été supprimé en 2004).

    Et là, il n'y a pas 300 jours, si je ne me suis pas trompé dans mes calculs...

    Y aurait-il eu une peu de triche? ou peut-être une urgence.....

    Posté par Jean-Philippe, 17 avril 2007 à 22:18 | | Répondre
Nouveau commentaire